Black Devil Disco Club

13/03/2013 alexandre

Label

Lo recordings, Alter K

Nationality

FR

Territory

World

Agent

Xavier Darasse

Socials

« C’est à chaque fois une nouvelle expérience quand je m’approche de mes machines. Le synthétiseur, à la différence du piano qui sonne toujours à peu près de la même manière et auquel l’oreille humaine est habituée, permet de provoquer la chance en partant de sons, de textures, de fréquences, d’improvisations… Mais mon principal outil de travail reste mon cerveau. C’est grâce à mon imaginaire qu’apparaissent des portes, des chemins, des passages cachés. J’essaye de faire appel à l’inconscient et aux émotions enfouies. C’est surement de là que vient la côté surnaturel de ma musique. Je ne sais pas si c’est une quête spirituelle, c’est plutôt un processus psychique, un entrainement quotidien pour déclencher des nouvelles idées, s’éloigner de l’environnement habituel.

Pour Black Moon White Sun, je me suis imaginé dans la peau d’un shaman dont la cérémonie commence au rythme de ce Sun Dance Totem en ouverture d’album. C’est une invitation à me rejoindre : c’est à la fois inquiétant, choquant, déconcertant mais entrainant. C’est un album plus latin, plus torride, plus généreux, plus souriant, plus coloré que les précédents. J’ai laissé s’exprimer mon côté primitif, féminin voire animal. D’où ce sentiment de chaleur, de fête païenne, de transe vaudou, de rassemblement hippie.
Le visuel imaginé une fois de plus par Non Format synthétise à merveille l’essence de Black Moon White Sun : c’est un OVNI au sens propre du terme, difficile de savoir si c’est un toréador qui vacille ou un sorcier qui danse. Quand j’enfile le costume de Black Devil je dois créer le Disco Club qui va avec ; je suis donc dans la recherche, dans l’instabilité, dans le mouvement, dans l’excitation, dans l’euphorie, dans le mystère, dans l’intriguant. Il y a une grand part d’incertitude car je joue avec le feu. Je suis dans un jeu de séduction, mais pour me démarquer, je crée mon propre langage, mon propre décor… une sorte d’univers parallèle psychédélique et futuriste »

Ainsi s’exprime Bernard Fèvre, l’homme derrière Black Devil Disco Club depuis 1978.

Le maître de cérémonie est de retour avec son album le plus spontané et le plus incarné à ce jour. Pas d’invités, pas d’intervenants extérieurs, pas de samples, pas de revival : un homme, ses machines et le futur droit devant.

Bernard Fèvre n’est pas une légende du passé. C’est un pionnier de la musique de demain.

Le diable a plus d’un tour dans son sac et aura toujours une longueur d’avance.

 

Fevre’s career entered a new phase in the early ‘00s when his ‘Disco Club’ album was rediscovered and reissued by Richard D. James (Aphex Twin) on his Rephlex label.  Since then Fevre has gone on to be sampled by the likes of the Chemical Brothers and released several new albums on Lo Recordings collaborating with artists such as Jon Spencer, Afrika Bambaataa, Nancy Sinatra, Faris Badwan (The Horrors), Mondkopf and Daniel Avery.

Date

Artists

Venue

City

Country

30 / 10 / 21 Black Devil Disco Club L’Aérogare Metz France TICKET